• 100_5789   Dear NBEN members and associates,

    The NBEN is organizing a briefing with the Department of Natural Resources for member and associate groups. The goal of the briefing will be to fully understand the proposed changes for the 2012-2017 Crown lands management plans.  These changes will reduce the existing level of conservation forest (30.4%) to either 23% or 25%.  The new level of conservation forest, slated to begin in 2012, was a decision taken by the last government, but the current government is considering whether to proceed with these changes or not.  There is strong opposition to the changes as the conservation forest includes stream buffer zones, deer wintering areas and old growth forest habitat.

    The briefing will take place on Tuesday, May 10, 9-11 a.m. in Fredericton. Mike Sullivan and Steve Gordon will represent the Department of Natural Resources.  If you are interested in participating, please advise the NBEN by Thursday, May 5.  Thank you, Mary Ann
  • (Fredericton) – Le Nouveau Brunswick est toujours traînard en matière de conservation - Le plan d'aménagement forestier des terres de la Couronne nuit encore.

    La Société pour la nature et les parcs du Canada, section Nouveau-Brunswick (SNAP NB), dit que le nouveau  plan d'aménagement forestier des terres de la Couronne, annoncé aujourd'hui par le ministre des ressources naturelles, est un pas en arrière pour la conservation.

    Roberta Clowater, directrice exécutive de la SNAP NB dit, « Le nouveau plan d'aménagement forestier des terres de la Couronne réduit la conservation globale des habitats fauniques et zones tampons riveraines. C'est troublant parce que nous savons que les scientifiques qui spécialisent dans la recherche des animaux sauvages pensent que les niveaux actuels de conservation risquent de ne pas pouvoir maintenir tous les types d'animaux sauvages indigènes dans la province. Aujourd’hui le gouvernement a approuvé  un plan pour aller encore plus loin de ce qui est nécessaire. C'est la mauvaise direction pour la conservation. »

    Clowater a dit, « Alors que le plan approuve une augmentation dans les aires protégées de 4 % des forêts de la Couronne à 8 % des forêts de la Couronne, ceci assurera la protection de seulement 4,5 % de la province. Ceci n’approche pas ce qui est nécessaire pour assurer la conservation de nos rivières, nos aires de nature sauvages et notre faune sensible. Le Nouveau-Brunswick possèdera toujours la plus petite proportion d’aires protégées au Canada, seulement au-dessus de l’Île-du-Prince-Édouard. De plus, les nouvelles aires protégées viendront de la vieille forêt actuellement conservée donc il y a effectivement une perte nette de conservation. »

    « Étant donné les préoccupations concernant le changement climatique et l'incertitude sur comment bien nous protégeons nos milieux sauvages et nos eaux, nous sommes très préoccupés par la décision de passer d'un plan de 5 ans à un plan de 10 ans. Nous croyons que c'est un geste risqué, qui nous offre des objectifs de conservation très limitées et ne fournit pas la flexibilité nécessaire pour améliorer la conservation pour une autre décennie. »

    « La SNAP NB apprécie que le ministre a pris le temps d'examiner le plan d’aménagement approuvé par le gouvernement précédent qui aurait sévèrement nuit à la conservation des terres publiques. Nous sommes heureux que le ministre a consulté avec la communauté environnementale et reconnu la valeur de la conservation de l'habitat dans ses décisions,» a souligné Clowater.

    La SNAP a recommandé qu'au moins 17 %  des terres de la Couronne (8,5 % de la province), y compris les plus importantes sections de forêt ancienne, soient désignées d'ici 2015 comme zones protégées permanentes sans exploitation forestière ou minière. Ceci nous rapprocherait au niveau des autres provinces, où le montant moyen des terres protégées est près de 9 %.

    -30-

    Contactez: Roberta Clowater – 506-452-9902; cpawsnb@nb.sympatico.ca

    Pour plus d’information sur la SNAP NB, SVP visitez lewww.cpawsnb.org

  • Campagne de conservation des forêts publiques – automne 2011

    Cet automne, le gouvernement provincial va décider s’il va poursuivre les plans d’utilisation et de conservation des terres publiques de l’ancien gouvernement. Le plan prévu réduisait la superficie de forêt gérée spécifiquement pour conserver les aires d’hivernage des chevreuils, les vieux peuplements et les zones tampons le long des cours d’eau.

    Si l’on se fonde sur ce que nous avons appris du MRN, cela signifierait des réductions atteignant autant jusqu’à 25 % (un quart) de certains de ces habitats. Et en même temps, la superficie des plantations sur les terres publiques serait presque triplée, à 28 %.

    Le nouveau ministre des Richesses naturelles a annoncé qu’il examinerait à nouveau l’ancien plan cet automne, et qu’il annoncerait un nouveau plan forestier après décembre.

    Les Néobrunswickois ont déjà rejeté ce plan

    Dès 2004, la majorité de la population a exprimé au comité spécial sur l’approvisionnement en bois qu’elle ne voulait pas que les habitats des poissons et de la faune soient sacrifiés pour accroitre l’approvisionnement en bois. Le comité spécial avait rejeté les demandes des entreprises et placé un plafond aux zones de conservation, et il avait recommandé plutôt que la superficie des coupes à blanc soit réduite.

    En 2007, une enquête auprès de la population du Nouveau-Brunswick a démontré qu’une majorité écrasante des résidents accordait la priorité la plus élevée à la protection par les forêts des eaux potables, de l’atmosphère et des habitats de la faune (Opinions du public sur la gestion des forêts au Nouveau-Brunswick : rapport d’une enquête provinciale).

    À la fois les audiences du comité spécial et l’enquête auprès des Néobrunswickois ont démontré que les citoyens et les citoyennes s’attendent que leur gouvernement se tienne debout pour ce que la population désire et qu’il travaille avec la forêt naturelle que nous avons.

    La population a aussi exprimé qu’elle voudrait avoir plus de pouvoir sur la façon de gérer ses forêts. Le gouvernement n’a toujours pas mis en place une réelle stratégie de consultation de la population qui impliquerait le public dans la gestion des forêts publiques.

    Est-ce que cette fois le gouvernement nous écoutera? Nous pensons que oui.

    Nous croyons qu’il existe une véritable ouverture qui permettrait encore une fois aux Néobrunswickois de parler au nom des forêts. Nous avons un nouveau gouvernement et le ministre a dit qu’il souhaitait entendre encore les environnementalistes et les Premières nations.

    Veuillez donc écrire une lettre pour dire au gouvernement ce qui vous importe dans nos forêts et ce que vous voulez que le gouvernement fasse.

    Faites parvenir votre lettre à Bruce Northrup, ministre des Ressources naturelles, C. P. 6000, Fredericton, NB E3B 5H1, et faites en une copie pour votre député. Nous pouvons vous fournir une liste des députés si vous n’êtes pas certain de son adresse.

    Préparez une courte version de votre lettre et faites-la parvenir au rédacteur de votre journal local, ou à celui d’un autre quotidien.

    Si vous faites partie d’un groupe communautaire ou d’une ONG qui souhaiterait que quelqu’un d’entre nous parle à votre groupe concernant les forêts publiques ou réponde à vos questions (informez-nous des questions en nous fournissant les détails), veuillez nous contacter par les moyens décrits ci-dessous.

    Pour plus de renseignements, veuillez contacter forest@ccnbaction.ca D’autres informations détaillées peuvent être trouvées aux sites Web suivants : www.acadianforest.ca; www.cpawsnb.org.

    Préparé par le comité directeur du Réseau des terres de la Couronne composé de représentants des organisations suivantes (CCNB Action, Société pour la nature et les parcs du Canada – section NB, Meduxnekeag River Society, Nature NB, Citoyens pour la protection des forêts du NB).

 © 2018 NBEN / RENB