CEHBanner

En mai 2005, des Néo-Brunswickois interpelés ont commencé à discuter des moyens pour de réduire l'exposition des enfants aux produits chimiques dans l'air, le sol, l'eau et la nourriture. Après plusieurs réunions et discussions, le collectif pour la santé environnementale des enfants a vu le jour.

Aujourd'hui, ce réseau comprend plus de 300 personnes provenant de près de 100 agences et organismes et représentant des organisations gouvernementales, non gouvernementales, des institutions universitaires, des associations professionnelles ainsi que les secteurs de la santé, de l'environnement et l'éducation.

Les Néo-Brunswickois interpelés par ce sujet veulent s'assurer que les enfants profitent d’un environnement sain pour apprendre et jouer. Grâce à l'expertise et l'expérience de nombreux organismes différents, les participants s'appuient sur les forces de chacun et travaillent ensemble vers un objectif commun, celui d'un monde plus sain pour les enfants.

Le travail du Collectif pour la santé environnementale des enfants du N.-B. est appuyé par sa Stratégie d'action, dont six buts ont été élaborés :
1er but : Développer et maintenir l’effort de collaboration entre tous les intéressés au N.-B.
2e but : Développer et proposer des occasions de formation pour les familles et les professionnels
3e but : Promouvoir et soutenir la recherche
4e but : Améliorer les politiques et les règlements concernant la santé environnementale des enfants
5e but : Réduire les expositions à des contaminants environnementaux par l’entremise de directives stratégiques
6e but : Promouvoir et favoriser les interactions des enfants avec la nature


Appuyez la Déclaration des droits pour protéger la santé des enfants des dangers environnementaux
Le Collectif pour la santé environnementale des enfants du Nouveau-Brunswick vous invite à visiter la page de la Déclaration des droits et montrer votre appui à cette initiative qui vise à accroître la protection des enfants face aux contaminants et menaces de l'environnement.


Apprenez, agissez, partagez!
Voici quelques façons de vous impliquer : lisez à propos de la santé environnementale des enfants, partagez ce que vous avez appris avec votre famille, vos amis et vos collègues, visitez la page Facebook du Collectif, participez à une de nos conférences, ou devenez membre d’une équipe du Collectif!


Logo SEE FR


À propos du Collectif

Notre vision

Fournir un environnement plus propre et plus sain pour les enfants.

Notre mission

Travailler en collaboration pour améliorer la santé et le bien-être des enfants en les exposant à plus d'environnements salubres, ainsi que réduire l’exposition des enfants aux menaces de l'environnement qui peuvent être cause de maladies, d’invalidités, d’affections ou de mortalités.

Visitez les pages du Collectif

Déclaration des droits
Partisans de la déclaration des droits
Documents qui guident le travail du Collectif
Ressources pour les professionnels de la santé
Présentations et rapports de conférences
Prochaines conférences
Aimez notre page Facebook
Retour à la page d'accueil du Collectif

Appels à l'action

Appel pour proposition de candidature pour les prix du RENB 2017

lundi 31 juillet 2017
by Annika Chiasson
Chaque jour des citoyens et des groupes de citoyens agissent pour protéger et restaurer l’environnement du Nouveau-Brunswick et nous pouvons ensemble célébrer et reconnaitre leurs contributions importantes.

 Durant l’année dernière, qui demeure dans votre mémoire?

Nous vous invitons à nommer un groupe ou des citoyens qui méritent l’un des prix accordés par le RENB et qui seront présentés avec éclat lors de l’Éco-confluence 2017. Faites-nous parvenir un courriel au nben@nben.ca en décrivant les travaux de votre candidat et quel prix il mérite. Les nominés doivent être membres ou associés du RENB.*

Date limite pour les propositions de candidature : 13 septembre, 2017

*Les membres et associés du comité directeur du RENB ne sont pas éligibles pour les prix.

Resquest for letters of support: Proposed name restoration for the Wolastoq

dimanche 30 avril 2017
by Alma
 The Wolastoq Grand Council supports our YOUTH GROUPS on their proposal for changing the name of the Saint John River, back to it’s original and proper name; Wolastoq (the beautiful & bountiful river ). We see this as a good place to begin the process of implementing the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples; which was strongly recommended by the Truth and Reconciliation Commission.  

Proposed Name Restoration: 
  • The name Saint John River back to it’s original indigenous name -  Wolastoq
Purpose: 
  • Wolastoq; (the beautiful river) is the original Indigenous name of the River.
  • Wolastoq is the name sake for the real identity and unique nationality of our People; the Wolastoqiyik.  Respecting the rights of Wolastoqiyik.
  • Scientific studies have now confirmed, what our people have always known; “that water has memory”.    This river will remember its original name.   
  • This deed would begin a process for reconciliation with a show of goodwill on the part of the Government of New Brunswick, and would;
  • Create opportunities for discussions and engagement around indigenous issues.
  • Wolastoqiyik have a right to retain their own names for communities, places and persons. 

The Wolastoq Grand Council is requesting support letters from our Allies; as individuals, organizations, and/or Groups.  For more information, contact Alma Brooks, 506-478-1256, almabrooks.26@outlook.com

Please send support letters to the following addresses:

The Wolastoq Grand Council,
Grand Chief; Ron Tremblay
50 Maliseet Drive
Fredericton, NB, E3A 2V9


David Coon
Office of the Green Party Leader
P.O. Box 6000
Fredericton, NB, E3B 5H1

Additional Information

  1. Indigenous and Northern Affairs Canada
Carolyn Bennett; Minister of Indigenous and Northern Affairs Canada; has assured the Wolastoq Grand Council in writing that; - “Canada is committed to a renewed nation to nation relationship with indigenous peoples based on the recognition of rights, respect, cooperation and partnership.”   Carolyn Bennett also stated that ; - “Achieving full reconciliation between indigenous and non-indigenous people in Canada is at the heart of Indigenous and Northern Affairs Canada’s mandate, and that the government of “Canada will engage with Indigenous peoples, provinces, territories, and Canadians on how to implement the Declaration in accordance with Canada’s Constitution”.

  1. Andrea Bear-Nicholas
As described in a 2011 article by Andrea Bear-Nicholas, Maliseet historian:  
  1. The first step in the dispossession for the indigenous peoples in the Maritimes began in earnest immediately after the British capture of the French fort at Louisbourg in 1758.   Where place names and names of First Nations in the entire region had been inscribed on earlier maps; both would soon be erased by colonial cartographers in a process described by J. B. Harley as cartographic colonialism.  The justifications for these erasures was found in the doctrine of discovery.   
  2. The second step in the dispossession of indigenous peoples in Nova Scotia began immediately after signing of the Treaty of 1760 by Passamaquoddy and Maliseet Leaders, and later the signing of the Mascarene Treaty.   Although there was no surrender of any lands in either of these Treaties; 1.5 million acres of Maliseet land which outlawed the surveying and expropriation of lands not yet ceded by the indigenous inhabitants or purchased by the Crown.    


  3. United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples
The United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples:   Articles 1, 2, 6, & 13   support and provide a guide for the implementation leading to reconciliation.

As a distinct ‘people,’ we have a right to our accurate identity and nationality.
  • Indigenous Peoples have the right to the full enjoyment as a collective or as individuals of all human rights and fundamental freedoms as recognized in the Charter of the United Nations, the Universal Declaration of Human Rights, and international human rights law. 
  • Indigenous peoples and individuals are free and equal to all other peoples and individuals and have the right to be free from any kind of discrimination, in the exercise of their rights, in particular that based on their indigenous origin and identity. 
  • Every indigenous individual has the right to their own nationality. 
  • Indigenous people have a right to retain their own names for communities, places and persons.  “States shall take effective measures to ensure that this right is protected”.
New Brunswick Children's Environmental Health Collaborative