Pourquoi avons-nous besoin de la nature?

La nature s’est occupée de nous durant des millénaires. Nos sens (le toucher, le gout, l’odorat, l’ouïe, et la vue) et aussi notre créativité se sont développés à cause de notre contact avec la 
nature. Nous avons besoin de la nature pour nous développer pleinement.

Pourquoi la nature a-t-elle besoin de nous?

Les humains ont modifié la plus grande partie de la planète. La nature a maintenant besoin de nous pour la soutenir. Nous avons besoins l’un de l’autre.

Quels sont les avantages d’enseigner/d’apprendre en plein air?

Tous nos sens sont stimulés, ce qui augmente ainsi que notre capacité d’apprentissage. Des études récentes documentent les nombreuses manières dont les apprentissages en plein air et  le simple fait d’être dans la nature contribuent à notre santé physique et émotionnelle, ainsi qu’au développement social, à accroitre notre confiance en soi et à améliorer nos résultats  académiques. (lien à une liste d’articles importants)

Qu’est-ce que je peux enseigner en plein air ?

Tout ce qui est enseigné en classe peut être enseigné en plein air. Certains sujets sont évidents, mais avec un peu de créativité d’autres sujets se prêtent bien à l’apprentissage en plein air.

Et la météo?

Il n’existe pas de mauvais temps; vous devez simplement vous habiller de la bonne façon. Nous vous montrerons les bonnes techniques.

Et que fait-on des risques appréhendés/des dangers?

La meilleure stratégie est la prévention; assurez-vous préalablement que la zone d’apprentissage ne comporte pas de zones dangereuses.

Et si un des élèves a peur des abeilles ? Comment puis-je m’en sortir?

Reconnaissez la peur et déterminez si cette peur est fondée sur une allergie ou sur un incident préalable malheureux. Si une allergie est en cause, prenez les précautions nécessaires. Vérifier l’endroit pour déterminer si des abeilles sont présentes. Assurez-vous que l’élève possède les médicaments nécessaires (et si quelqu’un sait comment les administrer!). Enseignez à tous les enfants comment agir autour des abeilles et des autres insectes piqueurs (en général, être éveillé, rester calme, ne pas déranger et ne pas agiter les insectes). Une pelouse avec des fleurs sauvages abrite des abeilles, elles font partie de la nature. Si la peur a été apprise auprès d’autres personnes ou si elle est fondée sur un incident malheureux, une introduction graduelle au plein air, en commençant par quelques minutes à la fois, peut être utile. Vous pouvez introduire la curiosité et l’intérêt à observer et à mieux connaitre les insectes observés.

Comment puis-je m’assurer que mes élèves apprennent en plein air?

Vérifiez la compréhension par l’entremise de discussions et d’enquêtes.

Comment puis-je obtenir l’appui de mon directeur/des enseignants/des parents?

Expliquez les avantages pour la santé mentale et physique ainsi que l’augmentation de la compréhension de ce qui se passe en plein air. Nous avons un modèle de lettre à distribuer.

Peut-on travailler avec des enfants de moins de 5 ans?

Oui, nous travaillons avec tous les groupes d’âge.

Combien de temps durent vos séances?

Les séances peuvent être d’une demi-journée ou d’une journée entière. Les demi-journées durent de 2 à 4 heures et les journées entières durent de 4 à 6 heures.

Y-a-t-il un coût associé aux sessions?

Oui. Toutefois, des subventions sont disponibles aux 20 premières écoles qui réservent une session pour l’année scolaire 2016-2017. Plus plus de renseignements au sujet des prix pour les sessions pour les groupes communautaires ou autre, veuilez nous contacter.



Est-ce que vous pouvez identifier les animaux et les plantes des cours d’école?

Oui, nous le pouvons.

Incluez-vous des élèves avec des handicaps physiques ou mentaux?

Oui, avec l’assistance de l’aide enseignant de l’enfant.

Où présentez-vous vos séances?


Les séances sont offertes sur place, là où les éducateurs travaillent (écoles, garderies, centres communautaires, etc.) En étant sur place, les enseignants vont apprendre à reconnaitre les  possibilités de leur propre cour d’école. 



Faites-vous un suivi de vos ateliers?

Oui, nous vérifions avec les participants pour apprécier comment l’enseignement progresse et nous pouvons offrir des ateliers axés sur l’enseignement en plein air de sujets ou de thèmes 
particuliers 

Viendrez-vous dans ma classe pour entreprendre une activité?

Certainement! Cliquez ici pour réserver une séance.

En vedette

vivezlanature spotlight

Blogue

Accueillez une projection : Toute espèce vivante ‒ Vivre l’expérience d’un bioblitz

mercredi 5 avril 2017
by Raissa Marks


Le film documentaire, Toute espèce vivante ‒ Vivre l’expérience d’un bioblitz , vous fera découvrir un parcours étonnant qui illustrera quatre semaines passées au cours de deux étés à explorer tous les aspects de la nature – les poissons, les insectes, les plantes, les champignons, les reptiles, les amphibiens et les mammifères – qui vivent au Nouveau-Brunswick dans notre propre zone naturelle protégée du Grand Lac.  (Veuillez noter que le film est en anglais avec les sous-titres en français.)

Célébrez la décennie des Nations unies sur la biodiversité – en accueillant une projection de ce film dans votre collectivité !

Contrairement à la téléréalité, ce film documentaire présente de véritables scientifiques qui parlent des vrais enjeux qui affectent de vraies personnes qui vivent dans de réelles collectivités.

Toute espèce vivante a été produit par une compagnie basée au NB, Flower Power Production, en collaboration avec le programme BiotaNB du Musée du Nouveau-Brunswick.  BiotaNB est un projet de recherche de 20 années pour identifier et cataloguer plusieurs espèces du Nouveau-Brunswick, avant que l’intrusion humaine et les changements climatiques s’intensifient.  Le RENB en partenariat avec Flower Power Production pour promouvoir les visionnements de ce film dans les collectivités partout au Canada.

Tellement d’opportunités pour vous prononcer

mardi 22 novembre 2016
by Raissa Marks
Il y a tellement de consultations du gouvernement qu’il est difficile de tout suivre ! Nous avons tenté de simplifier cette tâche en présentant la liste de celles qui intéressent les groupes environnementaux avec leur date limite :

Pré-budget provincial
Les Néo-Brunswickois sont invités à assister aux séances publiques qui auront lieu prochainement en vue d’établir les priorités du budget de 2017-2018. 16 novembre au 5 décembre

Réforme électorale provincial
La Commission sur la réforme électorale étudie des systèmes de votation alternatifs, l’âge de vote, et d’autres règlements électoraux. Date limite : 30 novembre

Eaux navigables fédéral
Revue des changements introduits par l’ancien gouvernement à la loi sur la protection des eaux navigables. Date limite : 7 décembre

Loi sur la protection de l’environnement fédéral
Revue complète des dispositions et de l’application de la loi canadienne sur la protection de l’environnement. Date limite : 1 décembre

Organismes de bienfaisance fédéral
Modernisation des règles régissant le secteur des organismes de bienfaisance et leurs activités politiques. Date limite : 9 décembre

Évaluation environnementale fédéral
Revue complète des processus d’évaluation environnementale au Canada. Date limite : 18 décembre

Pêches fédéral
Revue des changements introduits en 2012-13 à la loi sur les pêches par l’ancien gouvernement. Recherche de commentaires sur la restauration des habitats protégés qui ont été perdus et sur l’intégration de mécanismes de protection modernes. Aucune date limite mentionnée, mais le comité doit soumettre son rapport « au début de 2017. » Date limite :

Office national de l’énergie fédéral
Un examen ciblé de la structure de l’ONÉ, de son rôle et de son mandat selon la loi sur l’office national de l’énergie. Date limite : 17 janvier

Approbation d’exploitation selon la loi sur l’assainissement de l’air – Irving provincial
Renouvèlement de l’approbation d’exploitation du complexe des chutes réversibles à Saint-Jean de Irving Pulp and Paper Limited. Date limite : 7 mars

Évènements à venir

Duck Days of Summer Nature Camps
mercredi
, 26 juillet, 2017
Deadline for Wildflower Seed Grant
vendredi
, 28 juillet, 2017
Date limite pour compléter le sondage d'Énergie Est
lundi
, 31 juillet, 2017

Appels à l'action

Resquest for letters of support: Proposed name restoration for the Wolastoq

dimanche 30 avril 2017
by Alma
 The Wolastoq Grand Council supports our YOUTH GROUPS on their proposal for changing the name of the Saint John River, back to it’s original and proper name; Wolastoq (the beautiful & bountiful river ). We see this as a good place to begin the process of implementing the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples; which was strongly recommended by the Truth and Reconciliation Commission.  

Proposed Name Restoration: 
  • The name Saint John River back to it’s original indigenous name -  Wolastoq
Purpose: 
  • Wolastoq; (the beautiful river) is the original Indigenous name of the River.
  • Wolastoq is the name sake for the real identity and unique nationality of our People; the Wolastoqiyik.  Respecting the rights of Wolastoqiyik.
  • Scientific studies have now confirmed, what our people have always known; “that water has memory”.    This river will remember its original name.   
  • This deed would begin a process for reconciliation with a show of goodwill on the part of the Government of New Brunswick, and would;
  • Create opportunities for discussions and engagement around indigenous issues.
  • Wolastoqiyik have a right to retain their own names for communities, places and persons. 

The Wolastoq Grand Council is requesting support letters from our Allies; as individuals, organizations, and/or Groups.  For more information, contact Alma Brooks, 506-478-1256, almabrooks.26@outlook.com

Please send support letters to the following addresses:

The Wolastoq Grand Council,
Grand Chief; Ron Tremblay
50 Maliseet Drive
Fredericton, NB, E3A 2V9


David Coon
Office of the Green Party Leader
P.O. Box 6000
Fredericton, NB, E3B 5H1

Additional Information

  1. Indigenous and Northern Affairs Canada
Carolyn Bennett; Minister of Indigenous and Northern Affairs Canada; has assured the Wolastoq Grand Council in writing that; - “Canada is committed to a renewed nation to nation relationship with indigenous peoples based on the recognition of rights, respect, cooperation and partnership.”   Carolyn Bennett also stated that ; - “Achieving full reconciliation between indigenous and non-indigenous people in Canada is at the heart of Indigenous and Northern Affairs Canada’s mandate, and that the government of “Canada will engage with Indigenous peoples, provinces, territories, and Canadians on how to implement the Declaration in accordance with Canada’s Constitution”.

  1. Andrea Bear-Nicholas
As described in a 2011 article by Andrea Bear-Nicholas, Maliseet historian:  
  1. The first step in the dispossession for the indigenous peoples in the Maritimes began in earnest immediately after the British capture of the French fort at Louisbourg in 1758.   Where place names and names of First Nations in the entire region had been inscribed on earlier maps; both would soon be erased by colonial cartographers in a process described by J. B. Harley as cartographic colonialism.  The justifications for these erasures was found in the doctrine of discovery.   
  2. The second step in the dispossession of indigenous peoples in Nova Scotia began immediately after signing of the Treaty of 1760 by Passamaquoddy and Maliseet Leaders, and later the signing of the Mascarene Treaty.   Although there was no surrender of any lands in either of these Treaties; 1.5 million acres of Maliseet land which outlawed the surveying and expropriation of lands not yet ceded by the indigenous inhabitants or purchased by the Crown.    


  3. United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples
The United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples:   Articles 1, 2, 6, & 13   support and provide a guide for the implementation leading to reconciliation.

As a distinct ‘people,’ we have a right to our accurate identity and nationality.
  • Indigenous Peoples have the right to the full enjoyment as a collective or as individuals of all human rights and fundamental freedoms as recognized in the Charter of the United Nations, the Universal Declaration of Human Rights, and international human rights law. 
  • Indigenous peoples and individuals are free and equal to all other peoples and individuals and have the right to be free from any kind of discrimination, in the exercise of their rights, in particular that based on their indigenous origin and identity. 
  • Every indigenous individual has the right to their own nationality. 
  • Indigenous people have a right to retain their own names for communities, places and persons.  “States shall take effective measures to ensure that this right is protected”.

APPEL À L'ACTION: Rétablir le financement au Réseau canadien de l’environnement

vendredi 3 février 2017
by Raissa Marks
APPEL À L’ACTION - Le Réseau canadien de l’environnement (RCEN) et ses réseaux provinciaux affiliés ont besoin de votre aide !

Dans le passé, le Réseau canadien de l’environnement et les réseaux provinciaux affiliés incluant le RENB ont reçu un financement annuel de base du gouvernement du Canada. Ce financement était utilisé pour faciliter le réseautage sur les questions environnementales nationales, pour coordonner les caucus nationaux et provinciaux sur les enjeux spécifiques, pour coordonner la participation des ONGE aux processus de consultation publique du gouvernement fédéral, et pour maintenir actives les lignes de communication entre les ONGE et le gouvernement fédéral.

En 2011, à la suite des réductions systématiques de budget des organisations civiles par l’administration fédérale précédente, toutes les subventions fédérales au RCEN et à ses réseaux provinciaux affiliés ont été coupées. Ce qui a laissé le réseau national et la plupart des réseaux affiliés se débrouiller principalement grâce au bénévolat avec des moyens limités pour accomplir leur travail.

On espère que l’administration actuelle va renouveler le financement du RCEN lors du prochain budget. Ce financement est essentiel pour la survie du réseau national et pour plusieurs des réseaux provinciaux affiliés. Une proposition a été soumise. C’est le temps maintenant de démontrer l’appui solide et immédiat des groupes environnementaux et de la population partout au pays.

C’est ici que vous entrez en jeu !

Veuillez prendre quelques minutes pour écrire au premier ministre Trudeau et à votre député pour leur dire pourquoi vous estimez le RCEN, votre réseau provincial affilié, ou le réseautage environnemental à l’échelle nationale en général. N’hésitez pas à utiliser le modèle de lettre inclus ci-dessous. Vous pouvez la personnaliser en vous fondant sur votre expérience ou simplement la copier-coller.

L’adresse électronique du premier ministre Trudeau est justin.trudeau@parl.gc.ca et vous pouvez trouver l’adresse électronique de votre député au http://www.parl.gc.ca/Parliamentarians/fr/members.

Démontrons à nos politiciens fédéraux qu’une communauté environnementale de base bien connectée est essentielle pour un Canada fort !

Modèle de lettre suggérée :

Monsieur le premier ministre,

Je vous écris pour vous demander que le financement annuel de base accordé au Réseau canadien de l’environnement (RCEN) soit rétabli.

Traditionnellement, le RCEN a fourni un lien essentiel entre les groupes environnementaux grands et petits à travers le Canada. Ces liens sont vitaux pour aider les collectivités à s’occuper des enjeux environnementaux dans tout le pays et pour s’assurer qu’une approche robuste au développement d’une politique environnementale existe au Canada.

Depuis que les subventions ont été éliminées en 2011, le RCEN et la plupart de ses réseaux provinciaux affiliés ont dû fonctionner principalement en se fondant sur le bénévolat avec une capacité réduite pour accomplir leur travail. Ce n’est pas acceptable. Une communauté environnementale de base bien connectée est essentielle pour un Canada fort. Je vous encourage à rétablir immédiatement le financement de base pour ces travaux importants.

Recevez, monsieur le premier ministre, l’expression de notre haute considération.

Suivez-nous sur Twitter

FAQs