Erreur
  • Erreur lors du chargement des données de flux.
le mercredi, 18 janvier 2012 11:35

Campagne de conservation des forêts publiques – Janvier 2012

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Usage des terres publiques contraire aux souhaits de la population


Ce mois-ci, le gouvernement provincial va décider s’il va poursuivre les plans d’utilisation et de conservation des terres publiques de l’ancien gouvernement.  Le plan prévu réduisait la superficie de forêt gérée spécifiquement pour conserver les aires d’hivernage des chevreuils, les vieux peuplements et les zones tampons le long des cours d’eau.


Si l’on se fonde sur ce que nous avons appris du MRN, cela signifierait des réductions atteignant autant jusqu’à 25 % (un quart) de certains de ces habitats.  Et en même temps, la superficie des plantations sur les terres publiques serait presque triplée, à 28 %.


L’Honorable Bruce Northup des Richesses naturelles a annoncé qu’il examinerait à nouveau l’ancien plan, et qu’il annoncerait un nouveau plan forestier en février.


Les Néobrunswickois ont déjà rejeté ce plan


Dès 2004, la majorité de la population a exprimé au comité spécial sur l’approvisionnement en bois qu’elle ne voulait pas que les habitats des poissons et de la faune soient sacrifiés pour accroitre l’approvisionnement en bois.  Le comité spécial avait rejeté les demandes des entreprises et placé un plafond aux zones de conservation, et il avait recommandé plutôt que la superficie des coupes à blanc soit réduite.


En 2007, une enquête auprès de la population du Nouveau-Brunswick a démontré qu’une majorité écrasante des résidents accordait la priorité la plus élevée à la protection par les forêts des eaux potables, de l’atmosphère et des habitats de la faune (Opinions du public sur la gestion des forêts au Nouveau-Brunswick : rapport d’une enquête provinciale).


À la fois les audiences du comité spécial et l’enquête auprès des Néobrunswickois ont démontré que les citoyens et les citoyennes s’attendent que leur gouvernement se tienne debout pour ce que la population désire et qu’il travaille avec la forêt naturelle que nous avons.


La population a aussi exprimé qu’elle voudrait avoir plus de pouvoir sur la façon de gérer ses forêts.  Le gouvernement n’a toujours pas mis en place une réelle stratégie de consultation de la population qui impliquerait le public dans la gestion des forêts publiques.


Est-ce que cette fois le gouvernement nous écoutera?  Nous pensons que oui.


Nous croyons qu’il existe une véritable ouverture qui permettrait encore une fois aux Néobrunswickois de parler au nom des forêts.  Nous avons un nouveau gouvernement et le ministre a dit qu’il souhaitait entendre encore les environnementalistes et les Premières nations.

  • -Veuillez donc écrire une lettre pour dire au gouvernement ce qui vous importe dans nos forêts et ce que vous voulez que le gouvernement     fasse.   
  • -Faites parvenir votre lettre à Bruce Northrup, ministre des Ressources naturelles, C. P. 6000, Fredericton, NB E3B 5H1, et faites en une   copie pour votre député.  Nous pouvons vous fournir une liste des députés si vous n’êtes pas certain de son adresse.
  • - Préparez une courte version de votre lettre et faites-la parvenir au rédacteur de votre journal local, ou à celui d’un autre quotidien.

D’autres informations détaillées peuvent être trouvées aux sites Web suivants : www.acadianforest.ca; www.cpawsnb.org.

Préparé par le comité directeur du Réseau des terres de la Couronne composé de représentants des organisations suivantes (CCNB Action, Société pour la nature et les parcs du Canada – section NB, Meduxnekeag River Society, Nature NB, Citoyens pour la protection des forêts du NB)

Lu 10506 fois Dernière modification le le lundi, 23 janvier 2012 08:59

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire jard @ lead generation le mercredi, 30 mai 2012 02:04 Posté par jard @ lead generation

    This is a great campaign not only for us but for the world. I really believe that deforestation has big effect on Global warming and climate change. Nice job.

Connectez-vous pour commenter